La politique de l'autruche

Publié le par Crystal

Le monde d'aujourd'hui devient de plus en plus uniforme. La différence dérange. Pour la bonne et simple raison que cette différence perçue dans l'autre nous pousse à remettre en question nos acquis, elle nous force à revenir sur nos évidences qui, de fil en aiguille, nous permettent de vivre confortablement dans cette petite bulle de réalité qui constitue notre environnement.

Depuis la fin de "la guerre", et après presque deux siècles où la préoccupation principale de l'occident était l'émancipation de l'individu et la possibilté de penser par soi-même, on recherche maintenant les moyens les plus simples et les plus accessibles de ne plus penser. Le confort matériel et les loisirs sont devenus une échappatoire au terrible tracas de la recherche d'une réalisation, de la poussée soutenue vers un but personnel. On assiste à une veritable crise du sens, une démission massive façe aux questions de l'existence.

On ne peut pas regretter la disparition des idéologies fanatisantes qui ont hanté le début du 20ème siècle, mais aujourd'hui la relève a été prise par les nouvelles églises de la société moderne. Les media et les personnalités publiques nous rabâchent les mêmes messages qui vont dans le sens de l'aliénation de notre pouvoir à concevoir notre monde. Malgré la diversité infinie des formes, le fond est le même, à savoir qu'il n'y aurait rien d'autre à espérer que de vivre une vie tranquille, à l'abri de la tourmente qui se prépare et qui prend de nombreuses formes: insécurité, conflits géopolitiques, crise économique, menace environnementale, dégradation du milieu social, etc...

La réaction du citoyen, face à tout ceci, semble être assez unilatérale: il souhaite continuer à dormir. Il faut reconnaître qu'il n'est pas encouragé à prendre des initiatives: aujourd'hui les décisions sont prises par les membres d'une élite qui se pérennise sans prendre le risque de se renouveller ou de s'ouvrir des horizons. Quels que soient les parcours, pour y arriver on doit intégrer un grand nombre de codes sociaux, de prérequis indiscutables qui mettent un frein à toute forme de créativité. Et leur façon de gouverner consiste essentiellement à obtenir l'obéissance et la soumission de leurs subalternes.

Pourtant une société dynamique se construit à partir d'individus dynamiques. Un réel changement, pour être effectif, ne peut reposer sur la seule décision prise d'en haut, qui, lorsqu'elle retombe sur la base, produit un engagement médiocre. Malheureusement, ceux qui souhaitent s'investir non pas par goût du pouvoir mais par amour du travail bien fait recontrent rapidement une opposition de la part de la hiérarchie. De nos jours l'espoir et l'enthousiasme sont souvent considérés comme des sentiments perturbateurs.

L'individu ainsi déresponsabilisé, attiré par le leurre d'une vie façile et sans souci, devient de plus en plus infantile. Il accuse "la société" d'être à l'origine de tous les maux qui lui retombent dessus, sans réaliser qu'il en fait partie. Il ne comprend plus que son avenir réside en lui-même et dans sa capacité à s'organiser avec d'autres de façon à construire la société de demain. Il attend l'intervention d'un sauveur tombé d'un ciel hypothétique qui résoudra les problèmes qu'il rechigne même à formuler.

Cette société statique ne résistera pas aux changements qui doivent inévitablement se produire dans toutes les cultures et à toutes les époques. On ne peut figer le temps, pas plus qu'on ne peut maintenir l'équilibre dans la rigidité. La vie a toujours été une affaire complexe, qui nous confrontait au doute, aux obstacles, à l'obligation de faire un effort véritable pour survivre. Il n'en est pas autrement aujourd'hui.

La seule différence réside dans le fait que de nos jours, on nous assure que nous avons l'expérience, que nous avons compris, et que nous sommes à l'abri du danger. Cette attitude conduit à l'indolence intellectuelle, et ainsi nous ne réagissons plus aux problèmes qui ne cessent de surgir. Les routes toutes tracées conduisent invariablement au précipice.

Publié dans Societe

Commenter cet article