La vie nous transforme

Publié le par Crystal

"L'important, ce n'est pas la destination. C'est le chemin"


Nous sommes tous nés avec quelque chose. Que ce soit le fait de notre nature profonde ou bien de l'environnement dans lequel nous avons grandi, il y a des choses qui nous définissent, des fils conducteurs tendus à travers notre existence, des références sur lesquelles, que ce soit par fatalité ou par choix, nous ne pouvons ou ne voulons pas revenir.

Néanmoins, la vie est remplie de surprises. Des opportunités infinies s'offrent à nous. La vie est un renouveau perpetuel, à travers la diversité des situations humaines auxquelles nous pouvons nous trouver confrontés. Vouloir s'accrocher à un système de valeurs qui appartient au passé, c'est devenir statique, c'est nager à contre-courant du flux incessant de la vie.

Ce qui fait la valeur de la vie, c'est justement cette constante reformulation de ce que nous sommes, ce besoin récurrent de se réadapter au présent qui change sans cesse pour nous entraîner toujours plus avant dans notre évolution personnelle. La vie n'est pas la seule affirmation de ce que nous sommes, c'est aussi son extension dans tout ce que nous pouvons devenir dans notre rencontre avec les circonstances.

Depuis cette embryon de personnalité avec lequel nous arrivons à l'âge adulte, de nombreux chemins s'offrent à nous. Il ne nous manque que de saisir l'opportunité d'une rencontre, d'une idée, pour nous transformer en quelque chose de presque, mais pas tout à fait, entièrement différent. Beaucoup de gens témoignent d'une rencontre qui a littéralement transformé leur vie et les a projeté dans un univers entièrement différent.

Bien sûr, pour que cela ait un sens, il est nécessaire qu'il y ait des choses qui ne changent pas. C'est cet invariant qui éclaire et donne du sens à notre parcours. Quelle que soit l'échelle à laquelle on se place, de l'évolution d'une situation simple à celle de l'histoire ou même à celle des espèces qui vivent sur cette planète, on perçoit toujours une sorte de continuité, parfois ravagée par les periodes de crises, mais toujours présente.

Trop de changement, c'est le chaos. Quoique certaines personnes sont plus à même que d'autres de rester flexibles face au changement, on ne peut se construire dans un milieu où tout change tout le temps. Il est nécessaire de travailler dans la durée si l'on souhaite que les choses se structurent et ne soient pas un perpetuel commencement.

Mais trop peu de changement, c'est la stagnation. S'enfoncer dans un rôle, perdre sa créativité, c'est perdre l'habitude de participer au grand chantier de la vie. Et cela nous prive de notre capacité à nous comporter intelligeamment. Ce qui stimule notre attention, c'est la différence. Lorsqu'on se met à craindre les situations nouvelles simplement parce qu'elles sont différentes, on tombe dans l'ornière de l'attachement à une impasse de notre évolution.

Et ça ne dure pas. Invariablement, après les moments tranquilles reviennent les periodes de crise qui nous obligent à sortir de nos habitudes et à faire peau neuve. On ne peut jamais tout savoir sur la vie. Notre expérience ne s'inscrit pas dans la généralité, elle est le produit d'une infinité de paramètres dont la combinaison en fait une situation à chaque fois particulière. C'est la dynamique des masses qui conserve la cohérence dans l'action humaine, pas la logique individuelle.

Alors il est important de faire son chemin, de garder l'oeil ouvert sur ce qu'il y a de nouveau et d'unique dans ce présent qui est devant nous. Se cantonner à des principes, aussi complexes soient-ils, c'est s'enferrer dans la staticité. Si pour l'éviter nous avons besoin de croire à l'irrationel, à la magie de la vie, alors peut-être est-ce un mal nécessaire. Arriver à la perfection, ce serait ne plus rien pouvoir faire.

Publié dans Reflexions

Commenter cet article