Le commerce international vu par le petit bout de la lorgnette

Publié le par Crystal

Le commerce international vu par le petit bout de la lorgnette

 

Préparez-vous à être déçus, amis lecteurs, je n’ai mis l’expression « commerce international » dans le titre de ce billet que dans une  pathétique tentative de détourner de ma petite personne les foudres de mon redouté et néanmoins bien aimé co-blogueur, j’ai nommé le sieur Crystal himself. Aussi, si vous êtes prof d’économie, chroniqueur aux Echos en mal de sources ou encore PDG avide de connaissances sur l’évolution du prix de la main d’œuvre en Malaisie, passez votre chemin, et loin, encore.

 

Bien.  Procédons. Aujourd’hui, Mini Despote, PDG de son état, s’est fendu de son discours de réu commerciale hebdomadaire façon speech pour Marines three minutes before the fight (cf. Starship Troopers, Platoon, etc. pour plus d’infos) : Eloge de la virilité, de la conquête, formules toutes faites en veux-tu en voilà du type « je veux leur en mettre plein la vue » (mais de QUI parle-t-on ?) « On revient de loin, mais on est dans une bonne dynamique » (ouf, on est bien soulagés, dis). Bref, histoire de nous en mettre plein les mirettes, Mini Despote nous conte son séjour à Guangzhu, pour un contrat avec une université du coin. Selon lui, les jeunes et conquérants étudiants chinois désirent plus que tout posséder (posséder ??? vade retro, suppôt capitaliste) des sweats, t-shirts, shorts, et baskets aux armes de leur Université. Ouais … Mais ce qu’ils veulent avant tout, dit Mini Despote tout frémissant, ce sont des vêtements provenant de notre entreprise, une marque française, marque de qualité, de distinction, de savoir-faire, et d’élégance !

 

Orgasme généralisé.

 

Là où la descente est rude, c’est quand on sait que les produits dont nous sommes si fiers sont fabriqués EN CHINE.

 

Je ne sais pas vous, mais ça me brasse le cerveau, tout ça.

Publié dans Societe

Commenter cet article

Thomas 30/09/2010 02:15


Moi aussi...

Cela voudrait dire -- excuse-moi si je me trompe -- qu'en fait de patriotes, nous ne sommes simplement fiers d'être des Français à la solde du commerce international (pour ne pas dire de vilain
mots), tout ça pour arnaquer nos collègues respectivement Chinois, mais sans néanmoins se rendre compte que du fait de la mondialisation nous sommes finalement dans le même bateau ?

Veuillez m'excuser mais la logique me fait défaut. Si il y en a une, merci d'avertir l'Académie des Sciences, c'est une découverte majeure...


Crystal 30/09/2010 17:18



bateau ou pas bateau, nous on va couler, et t'inquete ce ne sont pas les chinois qui vont nous sauver.